COLLECTIF DANS LE BOIS

SITUATION : Hillion (22)
MOA : Privée
Études 2008
Surface : 1032m2
Coût : 1 975 000€ HT

1 terrain en friche


Quelques ruines


Des arbres centenaires


Une ville en mutation


Besoin de logements


1 élu confiant


Atelier 48.2 a 1 an


Première structure bois


Ne pas brusquer la nature


Y vivre

Un collectif de 18 logements dans un petit immeuble à Hillion, la commande a plus de sens, sans aucun doute, que 18 pavillons dans une région où l’étalement urbain est devenu une institution. La parcelle se situe à côté du stade de foot, sur la route qui mène vers la mer, là ou progressivement le tissus bâti néo-breton laisse place à la nature. Il s’agit de construire sur un terrain en friche où se cachent, entre les hautes herbes, les ruines d’anciennes habitations de pêcheur surplombées par des arbres centenaires. Comment faire exister l’architecture sans gommer l’environnement remarquable sur lequel elle s’inscrit ?

Le cadre du projet sera alors de penser l’architecture comme un paysage, une nature artificielle, de nettoyer la friche et conserver la substance sensible pour y développer un jardin collectif.
Le dessin du bâtiment se décompose en trois parties sensiblement différentes et complémentaires, qui prolongent la diversité du bâti environnant. Il s’agit d’éviter
la création d’un nouveau morceau de ville monolithique, en contraste brutal avec le paysage construit existant hétérogène. Chacun des volumes reprend la typologie de la maison individuelle traditionnelle :
- Un plan de base rectangulaire
- 3 niveaux d’occupation du volume : RDC, 1er étage, 2ème étage sous combles
- 4 murs

- un toit à deux pentes dans le sens longitudinal Ils sont reliés par un toit terrasse en dalle haute du RDC couvrant les parkings et les locaux communs.
La typologie de l’opération est aussi déterminée par des considérations d’ordre bioclimatique. Ainsi, le bâtiment possède une façade sud ouverte pour bénéficier des apports solaires passifs et une façade nord moins poreuse. Cette disposition nous a permis de concevoir des logements traversants. Le bâtiment isolé par l’extérieur réunit ossature bois, béton et métal Les espaces extérieurs, balcons filants et individuels, bénéficient d’un principe constructif autonome bois en lames ajourées sur structure métal. La démarche environnementale est complétée par la mise en place de pratiques résidentielles collectives,destinées à établir la mutualisation des ressources (eau,chauffage, traitement des déchets).

© Atelier 48.2 tous droits réservés